mardi 3 novembre 2009

Freedom !

J'attendais que ce foutu contrat soit bel et bien enterré pour en parler librement. Aujourd'hui, j'ai honoré le rendez-vous avec le patron. A aucun moment on m'a demandé mon avis. La dame du forem a commencé à me poser une tonne de question, et il a fallu que j'annonce que je continuerais pas comme un cheveux sur la soupe.

Y'a eu un blanc. Long. Et ça m'a fait rire. Je ne pense pas qu'on lui est déjà fait le coup. Quoi qu'il en soit, le patron s'est levé, il a dit au revoir sans serrer la main, et il est reparti dans son bureau. La dame du forem a remballé son outillage, en pestant que "vous auriez pu prévenir". J'ai trouvé cela encore très drôle, et je suis partie.

Pouf, c'est fini. Dans la demi-heure j'ai eu un appel pour un emploi où j'avais postulé vendredi soir. J'ai rendez-vous demain. J'ai l'impression de me remettre en selle, et d'un autre côté, j'ai une telle impression de liberté, que je suis euphorique. Plus jamais on me dira que mon parfum sent mauvais avant de me dire bonjour \o/ ou que si je mange une tartine je vais "encore grossir", et plus jamais je ne m'enfermerais aux toilettes pour déjeuner.

La suite ? Et bien un nouvel emploi, et mon permis de conduire.

Le chat va bien, même plus que bien je dirais. Elle est en train de grignoter mon bout de pain, l'air tout à fait innocente avec toute les miettes sur le museau. Nos amis sont passés samedi soir, et elle a fait l'unanimité. Voir Nico faire... "l'attaque de la vipère !" m'a vraiment fait rire. C'était très agréable de recevoir chez nous. Même Stéphane a récupérer le chat pour un ou deux bisous. Alors qu'il est pro-toutou ! Encore un que nous devons conquérir à notre cause.




Je vous embrasse ;)

1 commentaire:

Linz a dit…

Ouai, bah pour ma prochaine réincarnation, je choisis "chat" ni dieu, ni maître ni patron pourri...
En tout cas félicitation. Je crois que pour parfaire ma sortie j'aurais été dire tout le bien que je pense d'elles à mes ex-collègues, puisqu'après tout tu comptes jamais revenir :p